Mercredi, 12 juin 2024

Économie

Temps de lecture : 1 min 33 s

Projet pilote de 170 000 $ pour l’intégration des femmes en milieu de travail

Le 09 février 2024 — Modifié à 15 h 08 min le 09 février 2024
Par André Deschênes, collaboration CKAJ 92,5

Un projet pilote vise à intégrer en emploi plus de femmes dans les secteurs de la métallurgie et de l'aluminium,  tout en répondant aux besoins de main-d'œuvre dans ces domaines, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Quatre entreprises participeront au projet. Il s’agit de Fonderie Saguenay, Fjordtech, Prysmian Group and General Cable et aussi Rio Tinto. Les emplois ciblés sont ceux d'opératrices dans le traitement des métaux et de manœuvres en métallurgie. L'objectif est d'intégrer jusqu'à 20 femmes dans ces emplois.

Le directeur général de Fonderie Saguenay, Alexandre Rouleau explique que dans son entreprise, tout a été mis en œuvre pour adapter le milieu de travail pour accueillir la main-d’œuvre féminine.

« L’adaptation, c’est sûr que c’est un gros enjeu, un gros défi. C’est quelque chose qu’on a toujours prévu depuis plusieurs années. En guise d’exemple, quand on a fait installer les douches ici, on l’a fait en fonction des hommes et des femmes. On a aussi des robots collaboratifs qui arriveront bientôt, qui feront en sorte de faciliter l’exécution des tâches physiques. On met en application différents détails qui feront en sorte que les femmes qui se joindront à nous se sentent bien accueillies, et qu’elles puissent avoir une belle carrière chez nous comme toutes les personnes qui oeuvrent ici à Fonderie Saguenay », a-t-il mentionné lors d’une conférence de presse pour au cours de laquelle la ministre Andrée Laforest a annoncé un investissement de 169 348 $.

Beau projet

La coordonnatrice de la Société de la Vallée de l’aluminium, Nancy Lalancette, salue la beauté du projet.

« C’est tellement un projet important pour la place des femmes dans l’industrie. La démarche dans laquelle se sont inscrites ces quatre premières entreprises, c’est un engagement sur du long terme. Et je suis convaincue que d’autres entreprises se joindront à elles. Et quand on parle d’adapter des outils pour faciliter le travail, ça veut dire que ça peut aussi contribuer à faciliter le travail des hommes ».

Alexandre Rouleau en convient: les emplois en métallurgie ne sont pas nécessairement attirants pour tout le monde. Et d’avoir davantage de femmes en plus des hommes qui sont présents, le tout contribuera à combler les postes disponibles alors que la main-d’œuvre est toujours recherchée.

Les femmes intéressées à y participer dans peuvent contacter l'organisme Accès-Travail-Femmes.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES