Mercredi, 17 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 18 s

PAFIRSPA

Plusieurs réactions aux quatre projets non retenus

Le 04 juillet 2024 — Modifié à 09 h 46 min le 04 juillet 2024
Par Sara-Léa Bouchard - Journaliste

La décision du gouvernement Legault de refuser l’accessibilité des quatre projets sportifs de la ville de Saguenay au Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives, sportives et de plein air (PAFIRSPA) a suscité des réactions de déception et d’incrédulité mercredi à la séance du conseil de ville.   

Rappelons que le Mont Bélu, le Mont Fortin, le stade Richard-Desmeules et la mise aux normes du Centre Georges-Vézina ont été refusés. Le président de la Commission des sports à Saguenay, Michel Thiffault, ne comprend pas le refus, lui qui a pointé du doigt les députés régionaux de la CAQ.  

« Comme président de la Commission des sports, zéro subvention sur quatre demandes, c’est surprenant, tenant compte que nous avons dans la région cinq députés au pouvoir. Je ne peux pas comprendre que sur 300 millions de disponible au Québec, on n’a pas réussi à réserver un trois, quatre, voire cinq millions pour Saguenay. Je trouve ça inconcevable », mentionne-t-il.  

Parmi les autres réactions, mentionnons celle du conseiller Jimmy Bouchard, qui s’est questionné à savoir s’il y a eu un quelconque contrôle politique dans le dossier.  

« Est-ce qu’il y a un contrôle politique ou est-ce qu’il n’y en a pas ? On nous dit quand c’est le temps de justifier des refus qu’il n’y a pas de contrôle politique, mais quand vient le temps de nous inciter à déposer des projets, paraît-il qu’il y en a un. Peu importe le projet, si la Ville est en mesure de décrocher des sommes dans des programmes comme ça, tout ce que ça fait c’est que ça allège le fardeau fiscal des citoyens, via des impôts qu’ils payent déjà. On a manqué assurément notre tour avec le PAFIRSPA. » 

La mairesse de Saguenay, Julie Dufour, n’y est pas allée par quatre chemins, tout en félicitant les élus d’avoir soumis quatre projets qui existaient déjà dans ses cartons.  

« J’ai peut-être une piste de solution plutôt que de nous faire tous travailler, autant les petites municipalités que les grandes villes, demandez à ce que régionalement on s’entende. On se fera une planification de nos infrastructures et on s’entraidera parce que clairement que c’est du gaspillage de temps, de fonds public, mais surtout beaucoup de grosses déceptions pour les bénévoles et les fonctionnaires qui ont mis du temps là-dessus », précise Mme Dufour.  

Ce sont tout de même 21 autres projets qui ont été retenus au Saguenay-Lac-Saint-Jean, représentant 7,7M$ et répondant aux critères du PAFIRSPA.   

Yannick Gagnon réagit  

Le député jonquiérois Yannick Gagnon s’est étonné que contrairement à son habitude, Michel Thiffault ne l’a pas appelé pour discuter de la question.  

« C’est un gars qui habituellement prend le téléphone quand on a quelque chose à régler ensemble. En constatant ce qu’il disait, je me suis dit qu’à ce moment on aurait dû se parler. C’est quand même 21 projets, c’est 7,7 M$. Ce n’est pas les quatre projets majeurs, je suis tout à fait d’accord, mais ça aurait été bien qu’on se parle à ce sujet. » 

M. Gagnon dément par la même occasion qu’il y aurait eu du « contrôle politique » dans la décision. 

« Ce n’est pas une question de chicane, ni de politique. Il y a tellement de demandes, le processus est très rigoureux. Je ne veux pas diviser, je veux juste qu’on s’assoit ensemble s’il y a d’autres projets, puis qu’on les travaille différemment. Je pense qu’on pourrait aller chercher un meilleur pointage », conclut-il.  

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES