Samedi, 24 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 13 s

Yanick Arsenault, le gardien du patrimoine motorisé à Saguenay

Jean-François Desbiens
Le 25 février 2023 — Modifié à 10 h 28 min le 25 février 2023
Par Jean-François Desbiens - Journaliste

Yanick Arsenault, le gardien du patrimoine motorisé à Saguenay

Le propriétaire d’Extrême Auto Classic Car à Chicoutimi est plus qu’un crinqué de mécanique. C’est un véritable gardien du patrimoine motorisé.

Yanick Arsenault et son équipe restaurent à la perfection puis revendent des véhicules à faire tourner les têtes. Des automobiles mythiques comme la Delorean, des motoneiges Bombardier de 1940 ou encore des motos rétro des années 70 à 80 qui trouvent preneurs jusqu’à l’international.

Après avoir travaillé pour plusieurs concessionnaires, le collectionneur natif d’Arvida qui a toujours aimé les voitures anciennes se consacre entièrement à sa passion depuis 10 ans.

Nostalgique des plaisirs d’autrefois, il vend aussi des bicyclettes anciennes, des juke-box et des pompes à essence des années 40 et 50.

« Je suis un gamin qui a vieilli, mais qui est toujours attaché au passé. Je suis constamment sur la route pour chercher des véhicules rares, qui font rêver. Ils sont parfois maganés, mais j’en fais des bibelots, des pièces de collection en parfait état de fonctionner, avec des pièces d’origine. Ces véhicules ont souvent été achetés par des gens qui leur ont donné beaucoup d’amour puis sont décédés. Leurs familles décident ensuite de les vendre. C’est du patrimoine, de l’histoire que je transmets ainsi à d’autres passionnés qui vont continuer à bien les entretenir et les conserver. »

Investissements

Ces passionnés, ce sont parfois des gens aux États-Unis ou encore en Europe. Et même si ces véhicules ne sont pas toujours à la portée de toutes les bourses admet Yanick Arsenault, ils deviennent ensuite des investissements.

« Les affaires vont très bien, parce que ces voitures sont des placements qui prennent de la valeur avec le temps. J’en ai vendu une pour 50 000 $ il y a 5 ans et aujourd’hui, elle pourrait se revendre entre 150 000 et 200 000 $. Sa valeur a triplé. J’ai déjà sorti d’une grange un Dodge Charger 1968 extrêmement rare et avec sa peinture d’origine. C’est une auto qui vaut dans les 300 000 $ aujourd’hui. Je l’avais vendu autour de 75 000 $. »

Dans certains cas, le propriétaire d’Extrême Auto Classic Car regrette de les avoir vendues. Yanick Arsenault affirme qu’il aurait dû les garder, mais il conserve quand même certains trésors.

« J’ai une Chevrolet Chevelle 1967 572 Crate Engine dont j’ai failli me départir, mais j’ai changé d’idée à la dernière minute parce que c’était le premier que j’ai acheté, mon bébé. En 2014, on a remporté la première position au Salon de l’auto de Québec avec ce véhicule. Je possède aussi la Camaro Z28 1979 du comédien Hugo Saint-Cyr, aujourd’hui décédé, qui jouait dans Watatatow. Je l’ai acheté et je l’ai remonté flambant neuve pour lui redonner sa gloire. C’est ma fierté! »

Motoneiges de Bombardier

Il est aussi passionné par les premières motoneiges fabriquées par Armand Bombardier qui pouvaient alors transporter des écoliers.

« C’était un créateur, un inventeur génial. J’ai deux Bombardier B7 1940, qui peuvent transporter 7 personnes, que j’ai restaurés. J’ai aussi un B12 dont j’ai refait le compartiment moteur. Il faut que ce soit parfait avec moi, super bien entretenu et sur la coche comme on dit. Il faut qu’ils fonctionnent tous à la perfection, même si je ne les sors pas tous à l’extérieur. C’est une maladie. Il faut qu’ils soient parfaits! »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES