Actualités

Temps de lecture : 1 min 15 s

Stationnement à étages de l’hôpital de Chicoutimi : le dialogue de sourds se poursuit

Jean-François Desbiens
Le 12 décembre 2022 — Modifié à 15 h 48 min le 12 décembre 2022
Par Jean-François Desbiens - Journaliste

Stationnement à étages de l’hôpital de Chicoutimi : le dialogue de sourds se poursuit

Le projet de construction du stationnement à l’étages de l’hôpital de l’hôpital de Chicoutimi a franchi une autre étape ce lundi midi à l’hôtel de ville de Saguenay, mais il a donné lieu à un dialogue de sourds.

Réuni en séance extraordinaire, le conseil d’arrondissement a adopté l’avis de motion pour modifier le règlement de zonage. Malgré cela, les citoyens qui s’opposent au projet estiment que c’est insuffisant.

Ce nouveau règlement, qui devrait être adopté mercredi, limite désormais la hauteur totale du stationnement à 61 mètres, incluant les plus hautes cages d’escalier.

Il prévoit aussi une zone plus petite que la première fois pour la construction.

Les conseillers affirment que cela viendra respecter ce que la Commission municipale du Québec leur avait demandé.

« Ce sera 3 mètres plus bas que l’édifice de la cheminée, a indiqué le conseiller Michel Potvin. Ça ne cachera pas la vue sur le Saguenay ou les Monts Valin. On respecte l’opinion des gens, mais ils devraient regarder tous les éléments. Il pourrait faire preuve d’un peu plus de bonne volonté. »

Les citoyens qui ont pris le micro pour s’exprimer ne voient pas les choses de la même façon.

« Le 61 mètres ne fait aucun sens parce que c’est la moitié de la grande cheminée qu’on voit présentement, a mentionné Jean-Philippe Monfet. Le règlement devrait préciser que la vue à partir de Jacques-Cartier ne devrait pas être affectée. Il devrait y avoir une pente. »

Une autre citoyenne, Line Corneau, a souligné qu’elle n’a plus confiance aux élus.

« Dire que si on n’a pas ce stationnement, il n’y a plus de bloc opératoire et que la région ferme, c’est une campagne de peur. »

Roger Tremblay a quant à lui accusé les conseillers de ne pas avoir respecté les 1,500 personnes qui se sont opposées au projet dans le cadre d’une pétition.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES