Samedi, 24 février 2024

Sports

Temps de lecture : 1 min 40 s

De l’Abitibi au Fjord-du-Saguenay : Le parcours en kayak de deux « crinqués »

Le 12 août 2022 — Modifié à 16 h 43 min le 12 août 2022
Par Julien B. Gauthier

De l’Abitibi au Fjord-du-Saguenay : Le parcours en kayak de deux « crinqués »

Le Baieriverain Matthieu Gilbert-Thévard et son ami rouynorandien Jean-Lou David se sont lancé un défi plutôt ambitieux l’an dernier. Les deux amateurs de plein air ont en effet décidé de parcourir le Québec à partir de la rivière Outaouais jusqu’à La Baie. Un périple qu’ils termineront d’ailleurs sous peu.

Leur parcours se fait en trois étapes. D’abord, en mai 2021, ils ont quitté Notre-Dame-du-Nord en Abitibi-Témiscamingue, via la rivière Outaouais pour se rendre à Montréal. Un périple qui a duré 20 jours,

Par la suite, cet été, ils ont entamé la deuxième partie du périple, quittant Montréal pour se rendre à Saint-Siméon, ce qui a duré 16 jours.

D’ici la fin de l’année, si le temps le permet, ils feront le parcours restant sur le Fjord-du-Saguenay, de Saint-Siméon jusqu’à La Baie, qui devrait durer cinq jours.

Au total, les deux amis parcourront 1 300 km en kayak, à raison d’environ 8 heures par jour.

Préparation

Si Matthieu et Jean-Lou se sont laissés guidés par leur instinct, ne sachant pas nécessairement où ils allaient dormir, ils étaient bien préparés en ce qui a trait à la sécurité.

« On avait un système de GPS relié au 911 en cas d’urgence et une combinaison étanche, nous permettant de rester au sec en cas de chavirement. Aussi, comme il y avait plusieurs villes, il y avait toujours une épicerie à proximité. On n’a jamais manqué de nourriture. Pour dormir, on s’installait sur des îles ou encore sur des berges. On savait à peu près le nombre de kilomètres qu’on ferait chaque jour », explique-t-il.

Ils ont toutefois connu certaines difficultés une fois rendus à Saint-Siméon. En raison des forts vents, ils ont chaviré à quelques reprises.

Les deux comparses n’en sont pas à leur première expédition. Grands marcheurs, ils ont déjà traversé de Lyon en France jusqu’au Liechtenstein. Jean-Lou, lui, a déjà marché de Gatineau jusqu’à Gaspé. Prochainement, ils souhaitent aussi marcher de Sorel jusqu’à New York.

Hommage aux fondateurs

Les deux amis, qui œuvrent dans les plantations d’arbres pendant l’été, voulaient aussi voir le Québec d’une perspective nouvelle : celle des premiers explorateurs, qui ont fondé les villes via les cours d’eau.

« Ça permet de mieux comprendre le territoire et de voir comment nos ancêtres ont conçu les villes via les cours d’eau, qui sont fondamentaux dans la création du Québec. Ça offre une perspective nouvelle que nous ne voyons pas quand nous sommes en voiture », explique Matthieu Gilbert-Thévard.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES