Samedi, 24 février 2024

Extra

Temps de lecture : 1 min 45 s

Quand tourisme rime avec services de proximité

Serge Tremblay
Le 23 février 2022 — Modifié à 13 h 32 min le 23 février 2022
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

Quand tourisme rime avec services de proximité

La pratique de la motoneige en sentiers fédérés n’est pas qu’une affaire de vente de motoneiges et de consommation d’essence. Ses retombées dans les municipalités situées à proximité des sentiers sont tangibles et permettent même le maintien voire le développement de nouveaux services.

À Saint-Stanislas, au nord du Lac-Saint-Jean, la municipalité a pu se doter d’un centre multifonctionnel et sauvegarder se faisant l’église du village. C’est toute la population qui peut maintenant profiter de la présence d’un restaurant au cœur du village.

« Nous avons pu faire ces investissements parce que l’on savait qu’il y avait le développement du circuit La Passerelle du 49e qui s’en venait. Sans l’afflux de quadistes et de motoneigistes qui utilisent notre restaurant, il aurait été impossible pour nous d’aller de l’avant », explique le maire de la localité, Mario Biron.

Et la municipalité ne s’est pas arrêtée là. Elle a également développé un service de station d’essence automatisée qui permet aux motoneigistes de se ravitailler en carburant lors de leur arrêt au village. Plus largement, c’est aussi la population locale qui peut désormais bénéficier de ce service plutôt que de devoir rouler jusqu’à Dolbeau-Mistassini ou Saint-Eugène-d’Argentenay pour faire le plein.

« La présence des motoneigistes chez nous fait vraiment une différence. La pandémie a changé la donne de façon temporaire, mais c’était fou de voir l’achalandage à notre restaurant. Et je pense qu’on n’a rien vu encore. Avec la nouvelle passerelle sur la Péribonka, on va passer à un autre niveau. »

Saint-Honoré

À Saint-Honoré, le maire Bruno Tremblay est bien placé pour mesurer l’impact de l’activité motoneige. Sa municipalité est celle où l’on retrouve le Club Caribou-Conscrits, qui entretient quelque 800 km de sentiers sur les monts Valin.

« Saint-Honoré, c’est la base des monts Valin. Les gens qui s’y rendent arrêtent chez nous et ça implique des retombées très importantes pour notre municipalité. Et avec la connexion avec le Lac-Saint-Jean, d’autres municipalités pourront en profiter. J’ai bien hâte que ça se concrétise! », lance Bruno Tremblay.

Celui-ci ajoute que Saint-Honoré est une municipalité en forte croissance qui peut compter sur une offre de loisirs élargie dont fait partie la motoneige.

« Le sentier passe dans notre cour, alors on bénéficie de l’activité économique qu’il y a autour. Ça vient absolument supporter le développement de services. » Bruno Tremblay ajoute que ce nouveau circuit qui viendra concrètement relier le circuit La Passerelle du 49e et les monts Valin rehaussera la force d’attractivité de toute la région. De quoi donner une bouffée d’air frais à plusieurs communautés sur le plan économique.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES