Dimanche, 16 juin 2024

Culture

Temps de lecture : 2 min 18 s

Décès de Jean Lapointe : Claudine Bourdages lui rend un vibrant hommage

Serge Tremblay
Le 25 novembre 2022 — Modifié à 11 h 38 min le 25 novembre 2022
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

La chanteuse de la troupe QuébecIssime, Claudine Bordages, donnait des spectacles le weekend dernier à Montréal lorsqu’elle a appris le décès de son mentor, Jean Lapointe, qui fut une personne déterminante dans sa vie. « Il est décédé le jour de ma fête, ça m’a rendu triste », dit-elle.

« J’ai tout de suite écrit à Jean-Marie, son fils, avec qui j’avais gardé contact. Ça fait partie de la vie; je sais que M. Lapointe était malade au cours des dernières années de sa vie. Il est parti vers autre chose, mais ça laisse place à de beaux souvenirs qui me sont revenus avec toute cette introspection en dedans de moi. Cette jeune femme de 20 ans est très reconnaissante pour cette chance qu’il m’avait offerte à l’époque. »

Celle qui a performé 15 mois au Japon dans le cadre du spectacle Allegria du Cirque du Soleil, raconte qu’elle a été à 20 ans la découverte de Jean Lapointe.

« J’avais gagné un concours dans la région et j’avais performé à quelques endroits. Une personne de l’entourage de Jean Lapointe avait entendu l’une de mes prestations et avait demandé une de mes cassettes. Elle avait amené ça à Jean Lapointe et à la suite de ça, il s’est passé tellement de belles choses. Il était tombé amoureux de ma voix. Il m’a invitée à faire son téléthon plusieurs fois. Je lui ai même rendu hommage dans le cadre du 10e anniversaire du téléthon Jean Lapointe. Il m’a vraiment beaucoup aidée dans ma carrière, en fait », se remémore avec émotions la chanteuse.

[gallery size="full" ids="76208,76207"]

Rencontre enrichissante

La Jonquiéroise raconte qu’à l’époque, Jean Lapointe lui avait fait rencontrer des auteurs, des compagnies de disques et des agents.

« On a fait un beau tour de roue ensemble! Pour plein de raisons, les choses n’ont pas fonctionné au niveau populaire comme il le souhaitait. Moi je souhaitais peut-être moins, avoue bien honnêtement l’artiste. Mais mon parcours professionnel a vraiment débuté grâce à Jean Lapointe. »

Par la suite, elle s’est rendue à Montréal et sa carrière de chanteuse a démarré. Claudine Bourdages se définit davantage comme une fille de groupe. « J’aime bien travailler en équipe, je pense que c’est une chose qui m’attirait plus. Dans les mêmes années, j’avais été appelée par Robert Doré pour faire partie de la distribution de QuébecIssime. C’est plus cette avenue-là qui m’a interpellée, de revenir en région et de chanter avec mes amis. Mon Dieu, quelle belle décision, parce qu’encore aujourd’hui à 47 ans, je suis encore parmi eux! », s’exclame-t-elle.

Jean Lapointe agissait avec sa petite protégée en bon père de famille. « Il était très protecteur. Il me prenait toujours dans ses bras lors de téléthons. Il était très sensible, très près de ses émotions. Je me souviens de grands après-midis assis dans un divan avec lui, à juste parler de la vie avec lui. Un bon papa! », conclut Claudine Bourdages.

La chanteuse louange l’immensité du talent de Jean Lapointe. « Il a été un artiste tellement incroyable. Plusieurs années plus tard, il était venu fouler les planches avec l’équipe de QuébecIssime à Montréal. Il avait exécuté quelques pas de danse dans le cadre d’un numéro du spectacle. Toute l’équipe avait été surprise de le voir faire, juste par sa vibe, par ce qu’il représentait. C’était une leçon de charisme, de prestance et d’un talent assez incroyable! », insiste l’artiste.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES