Mardi, 16 juillet 2024

Chroniques

Temps de lecture : 1 min 58 s

La mairesse Dufour choisit la stratégie Néron

Le 19 juin 2024 — Modifié à 11 h 41 min le 19 juin 2024
Par Richard Banford

À la fin de son mandat, fin septembre 2021, la mairesse de Saguenay, Josée Néron lançait son flamboyant projet d’amphithéâtre sportif au centre-ville de l’arrondissement de Chicoutimi. On connaît la suite, ses opposants à la table du conseil, les conseillers de l’arrondissement de Jonquière en particulier, ont tellement mis du sable dans l’engrenage que, non seulement le projet a été abandonné, mais Josée Néron n’a pas été réélue.

Les électeurs de Saguenay se sont rangés du côté de celle que les sondages désignaient comme la plus susceptible de la vaincre, Julie Dufour.

Aujourd’hui, à moins d’un an et demi des prochaines élections municipales, Julie Dufour présente un ambitieux plan de développement du centre-ville de Saguenay.

Rêve ou illusion

Ce plan qu’on nous présente comme réalisable au cours des 15 prochaines années est-il vraiment une aspiration populaire, où nous berce-t-on d’illusions? L’administration Dufour semble chercher un moyen de créer une diversion pour faire oublier son retard dans le domaine du développement économique. Tout comme l’administration qui l’a précédée, son mégaprojet de centre-ville du futur ouvre toute grande la porte à un braquage qui pourrait mettre fin à ses ambitions de second mandat à la mairie de Saguenay.

Amphithéâtre de 94 M$

Rappelons qu’en 2023, Julie Dufour frappait un coup d’épée dans l’eau en envoyant son directeur général, Gabriel Rioux, annoncer la construction, d’ici cinq ans, d’un amphithéâtre sportif de 94 M$, en lieu et place du centre sportif Georges-Vézina, situé coin Bégin et Université. Après seulement quelques semaines, le projet est disparu à jamais de l’ordre du jour des conseils de ville de Saguenay.

Les conseillers, divisés sur la question, et les autres paliers de gouvernement, réticents à participer financièrement de façon significative à ce plan quinquennal, envoyaient ce projet aux oubliettes. D’autant plus que l’appui de la population se manifestait de façon prudente et isolée envers cette initiative improvisée.

Ailleurs c’est meilleur

Voilà donc qu’en vue de la période estivale, la mairesse nous offre une présentation virtuelle réalisée par un architecte paysagiste de Québec qui vient nous exposer sa vision du centre-ville de Saguenay.

Après les avocats de Trivium, l’ex-dg de la MRC de Drummondville, la spécialiste des affaires patrimoniales de l’Université de Montréal, on comprend que pour l’administration Dufour la compétence doit venir d’ailleurs.

Le conseiller municipal, Raynald Simard, le confirme d’ailleurs. « Il faut sortir de notre cour pour trouver des projets de qualité » a-t-il lancé à la face des professionnels contribuables de Saguenay.

C’est ce genre de décision prise ici, mais traitée ailleurs qui irrite, les premiers concernés bien sûr, mais le citoyen ordinaire aussi. Pourquoi ramener une fois de plus, sur la scène publique, un projet équivoque réalisé par des compétences hors du contexte social, qui n’offre que peu de garanties de réussite? Qui souhaite attendre 15 ans pour connaître les résultats? Beaucoup d’entre nous seront disparus dans 15 ans et les autres ne s’en souviendront plus.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES