Samedi, 24 février 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 51 s

De 5-10-15 à la vente à 1,44 $, l'aventure des magasins Woolco

Le 22 mars 2023 — Modifié à 15 h 01 min le 22 mars 2023
Par Mélyna Girard

De 5-10-15 à la vente à 1,44 $, l'aventure des magasins Woolco

Chronique

Les gens de ma génération, les X, se souviendront des grandes bannières de commerces à grande surface comme, Zellers’, Miracle Mart, Distribution aux consommateurs, People, Greenberg, Continental et naturellement Woolco. Les plus vieux se rappelleront sûrement des A.L. Green, Dominion, Kresges, Jupiter et des fameux 5-10-15, l’ancêtre de Dollarama. Pour cette chronique, nous allons retourner en 1927, avant la création du Réveil, pour raconter l’aventure de Woolco en terre «  saga-mienne ».

Woolworth, le père de Woolco

En 1879, Frank Winfield Woolworth créait aux États-Unis les magasins à prix fixe, 5 ou 10 cents. Son entreprise avait pris de l’expansion et au Québec les magasins portaient le nom de 5-10-15 F.W Woolworth. Les célèbres 5-10-15! C’est en 1927 que le premier magasin F.W Woolworth ouvre ses portes à Chicoutimi et, quelques mois après, à Jonquière. Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’économie roulait à fond! Le pouvoir d’achat des Canadiens augmentait. Woolworth profite alors de cette opportunité pour agrandir et rénover ses magasins en y ajoutant des comptoirs-lunch. Dans le Réveil du 8 mai 1947, une pleine page était occupée par l’annonce du nouveau magasin Woolworth, plus grand, plus moderne. C’était le début des magasins à rayons en dehors des grandes villes.

L’explosion des banlieues et la naissance de Woolco

Au début des années soixante, c’était l’explosion des banlieues aux États-Unis et au Canada. F.W. Woolworth flaire de nouveau une belle opportunité d’agrandir son empire. Il s’attaque ainsi au marché des magasins à bas prix. En 1962, il ouvre au Canada les premiers Magasins à grande surface appelés Woolco. Cette nouvelle bannière fait son apparition en 1973 à Chicoutimi avec l’ouverture de Place du Royaume. Jonquière a eu son Woolco en 1975 avec l’ouverture des Galeries Jonquière et Alma en 1977 avec l’ouverture du Carrefour Alma. Pour se démarquer de ses concurrents, Woolco visait les marchés des banlieues. En s’installant dans des villes de tailles moyennes avec une majorité de classes moyennes, il s’assurait d’une grande clientèle.

Chez Woolco, on trouvait de tout! Vêtements pour toute la famille, appareils électroniques, meubles, jouets, bijoux, etc. et le tout à bas prix. Quel plaisir on avait d’aller manger une frite après une séance de magasinage au célèbre Café Rouge qui se trouvait devant le célèbre rayon, le coin du fumeur! Une autre innovation de Woolco pour attirer et fidéliser sa clientèle était d’avoir la journée à 1,44$ une fois par mois!

Compétition et syndicalisation

Au milieu des années 70, les employés du Woolworth de Chicoutimi tentent de se syndiquer. Naturellement, la compagnie mère a menacé de fermer le magasin de Chicoutimi en réaction à cette tentative. Malgré tout, les employés avaient réussi à obtenir leur accréditation et ainsi devenir le premier Woolworth syndiqué du Canada. Mais Woolworth ne s’était pas laissé faire et avait entraîné les employés dans une longue saga judiciaire. Pendant ce temps, la compétition devenait de plus en plus forte dans le commerce de détail. Les grandes surfaces telles que Zeller’s, La Baie, Sears, Miracle Mart et même Woolco obligeaient Woolworth, en 1978, à fermer ses deux succursales de Jonquière et La Baie. C’était le début de la fin.

L’invasion de l’oncle Sam

Au début des années 80, la compagnie mère de Woolworth aux États-Unis entreprend une grande restructuration en fermant sa bannière Woolco aux États-Unis. Au Québec, il reste quelques magasins Woolworth et les Woolco qui étaient encore rentables. Mais en 1988, c’est la fin de la bannière Wooloworth au Canada. Pendant ce temps, Wal-Mart commençait à voir grand! En 1990, la crise économique allait frapper fort dans le commerce de détail. Dans le Réveil du 31 octobre 1993, on annonçait la vente de fermeture du Woolco de Jonquière. Woolworth liquidait la majorité de ses magasins au Québec et vendait une partie de ses magasins Woolco à Wal-Mart. Il ne restait plus qu’un Woolco dans la région, celui de Chicoutimi à la place du Royaume, qui devient un Wal-Mart en 1994. Cette transaction marque la fin de l’aventure de Woolworth et Woolco dans la région.

Si vous avez des événements de l’actualité que vous aimeriez que je fouille dans nos archives, n’hésitez pas à m’écrire : [email protected]

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES