Vendredi, 19 avril 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 13 s

Quel est l'avenir de notre sport?

Le 30 janvier 2023 — Modifié à 08 h 00 min le 30 janvier 2023
Par Mélyna Girard

Chronique

Au fil du temps, des sportifs ont su se démarquer dans leur discipline; que ce soir Nolan Ryan au baseball, Wayne Gretzky au hockey, Diego Maradona au soccer ou bien Michael Phelps à la natation. Il s'agit d'un petit pourcentage de tous ces athlètes qui ont réussi à en faire une carrière. Et parmi eux, on en retrouve une plus petite partie qui était surdouée.

Maurice Richard et Babe Ruth l'ont été à une certaine époque, Nadia Comaneci dans une plus récente. Des passionnés de leur discipline, qui, en développant leurs aptitudes, ont pu atteindre la plus haute altitude.

Hélas, ce ne sont pas tous les sportifs qui ont eu la même chance. Soit, ils naissaient dans un milieu défavorisé, où l'entourage n'avait pas les outils nécessaires pour développer leur plein potentiel, soit ils n'avaient pas les bons contacts pour se retrouver dans les meilleurs programmes de développement. Depuis quelques décennies, il y a un signe qui s'est ajouté afin de permettre le « meilleur » développement possible : $$$.

L'argent est prédominant dans le sport, on le sait tous. Mais, il est maintenant nécessaire dans le sport à haut développement. Amène le cash et on pourra en faire une vedette! Est-ce que les parents Richard dans la société d'aujourd'hui auraient été en mesure de permettre à Maurice et Henri de progresser dans les meilleures écoles et programmes de hockey?

Et au Québec?

On dirait que dans la province, la société a peur de mettre en avantage certains talents, aux dépens des autres. Le Québec a été reconnu pour ses joueurs offensifs et ses gardiens. Guy Lafleur, Mike Bossy, Mario Lemieux, Pierre Turgeon et devant le filet les Patrick Roy, Martin Brodeur, Roberto Luongo, et j'en passe. Qu'est-ce qu'il reste en héritage? Alors que plusieurs voyaient un nouveau messie en Alexis Lafrenière, pour l'instant, ils restent sur leur appétit.

Pourquoi?

Qu'est-ce qui peut expliquer la disparition de « superstar »? Il n'y a jamais eu de programmes aussi efficaces dans toute la province et les possibilités pour les joueurs sont innombrables : junior majeur, universitaire, programmes américains… et pourtant le nombre de joueurs québécois dans la Ligue nationale de hockey n'a jamais été aussi bas.

Je parle beaucoup du hockey, puisqu’il est considéré comme notre sport national. Mais ce dernier perd des plumes, au profit de disciplines beaucoup plus accessibles. Nous n'avons jamais eu autant de joueurs et joueuses de tennis professionnels dans le top 100. De jeunes joueurs émergent aussi du baseball et du soccer. Et que dire du basket-ball! Avec les Luguentz Dort, Benedict Mathurin et Chris Boucher, l'intérêt pour ce sport n'a jamais été aussi élevé.

Rapport

L'an dernier, un comité de personnes influentes du hockey s'est réuni afin de faire la lumière sur le fonctionnement de l'organisme. Un rapport a été déposé et qui se veut une référence pour Hockey Québec. Les résultats de cette « réforme » ne seront visibles que dans quelques années, mais souhaitons que le hockey puisse retrouver ses lettres de noblesse et que les meilleurs soient reconnus à leur juste valeur.

Et pour les autres, poursuivez votre passion! Il n'y a jamais eu autant de diversité sportive et de choix, faites ce que vous aimez et gardez en tête que le sport demeure d'abord et avant tout un jeu!

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES