Chroniques

Temps de lecture : 2 min 10 s

Le trophée : symbole de fierté ou simple objet de festivité

Le 02 décembre 2022 — Modifié à 13 h 15 min le 02 décembre 2022
Par Mélyna Girard

Le trophée : symbole de fierté ou simple objet de festivité

Chronique

Depuis la nuit des temps, le trophée a une signification très importante dans toutes les sphères de la société, et pas seulement dans le sport. On le retrouve dans plusieurs milieux de travail pour récompenser les meilleurs, mais aussi pour rendre hommage. De nos jours, bien que le trophée soit toujours présent, il semble qu’il n’ait plus la même signification pour tous…

Évidemment, je veux revenir sur l’histoire du Bol d’Or, qui a été remporté par les Condors de Beauce-Appalaches en division 3 du football collégial. Plusieurs joueurs ont un peu trop célébré avec la coupe, qui a été tout simplement détruite. Le bol a été complètement écrasé en plus d’avoir été incendié, tous les noms des anciens champions ont été arrachés. Le tout a été filmé et publié sur les réseaux sociaux.

Qu’est-ce que ces jeunes ont voulu montrer? Qu’ils sont meilleurs que tout le monde? Que parce qu’ils sont imbattables depuis deux ans, il ne reste plus d’adversaire valable pour eux? Ce trophée existe depuis des décennies, plusieurs autres formations ont remporté ce trophée avant eux. Et, le savent-ils? D’autres équipes le remporteront après eux. Il y a toujours une succession après toute dynastie de champions.

Polyvalence du trophée

Plusieurs habitudes sont apparues au cours des dernières années lorsqu’un championnat sportif est remporté. Le fameux champagne dans le bol, le dodo avec le trophée, allant jusqu’à manger et même baptiser le petit dernier; l’imagination des champions peut être très diversifiée.

Par contre, de là à saboter l’emblème de ton sport, il y a matière à réflexion. À quoi donc ces jeunes ont pensé en agissant ainsi? Oui, l’abus d’alcool peut avoir altéré le jugement de plusieurs, mais reste que dans la conscience, le sentiment du devoir accompli demeure.

Donc, pourquoi détruire le résultat du devoir accompli? Plusieurs questions qui demeurent toutefois sans réponse.

Sanctions

Depuis la sortie de la vidéo dans les médias, la direction du Cégep de Beauce-Appalaches a puni l’équipe fautive en envoyant une lettre d’excuses à l’équipe finaliste, les Gaillards du Cégep de Jonquière, en plus d’exiger la réparation du trophée aux frais des étudiants.

Une bonne sanction, surtout quand il est question de fouiller dans les poches du fautif. Mais qu’en est-il de la suite ? Ces jeunes qui terminent le cégep et qui feront le saut à l’université, et qui joueront probablement avec une équipe de football auront-ils une tache dans leur dossier?

Respect

De là, LA question : quelle est la signification du trophée pour ces jeunes, qui très souvent ont toujours eu tout cuit dans le bec, avec peu d’efforts?

Être champions, c’est être supérieurs aux autres, mais le tout doit se faire dans le respect. L’ancien entraîneur des Gaillards, François Laberge, a émis sans doute le plus beau commentaire dans cette saga.

« Il y a des gens qui ont gagné ce trophée avant toi, et il y a des gens qui vont gagner le trophée après toi. Respecte le trophée. »

En espérant que cet incident demeure isolé, et qu’il serve d’exemple aux champions du futur. Respecte le trophée, respecte ton prédécesseur et respecte ton prochain. C’est encore la seule manière que le respect se propage de génération en génération.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES