Chroniques

Temps de lecture : 2 min 46 s

Le prix d'un chien

Le 13 juin 2022 — Modifié à 09 h 54 min le 13 juin 2022
Par Mélyna Girard

Quand j’étais jeune, il y a de cela de plus en plus longtemps, j’avais un ami à l’école primaire qui s’appelait Éric. On l’appelait le riche. L’école était située dans un bon quartier, dans un milieu confortable, mais, c’était lui le riche, parce qu’il avait un cheval ! Moi et mes autres compagnons de classe étions beaucoup plus modestes, nous avions un chien.

Il y a quelques mois, je vous ai parlé de la perte de mon chien. À la suite de son décès, c’était pour moi la première fois en 40 ans où il n’y avait pas d’animaux dans ma demeure. Certains diront la sainte paix ? Pour moi, non ! L’ennui mortel. Ne plus ramasser de poils, la chasse aux « trésors » sur le terrain, avoir une petite face dépendante qui me jappais après, ça me manquait.

Je décide alors d’adopter un nouveau toutou avec toute la bonne foi qui m’habite sans anticiper la spirale financière qui s’en suit. Mon dernier achat de chien remontait à 2008. « Ça a dû augmenter, mais pas tant que ça ! » Gros naïf !

Je décide donc de me gâter et de m’acheter un chien d’élevage. Un beau labrador retriever pure race, élevé dans la région. Micropuce, certificat de sa ligné ; la totale. C’est à se demander s’il ne vaut pas plus cher que moi. J’ai comparé les prix au Québec et attendez-vous à payer entre 2 100 $ et 2 800 $. Si vous voulez une autre race, ça peut aller de 1 500 $ à 5 000 $ et même plus. Sinon, il y a les refuges.

Est-ce que les frais pour l’acquisition du « veau d’or » s’arrêtent là ? Bien sûr que non. Quand nous ne sommes pas à la maison ou pour la nuit, ça lui prend une cage. Une grosse boîte en grillage qui te bousille une déco de salon. J’ai été chanceux, mon collègue Alex m’a vendu la sienne pour 60 $. Dans le neuf, c’est 120 $. Oh, et ça prend un petit matelas pour mettre au fond de sa cage. 70 $, et il est déjà tout déchiré!! Ça lui prend des jouets de qualité, sécuritaires et durables. Bref, rien en bas de 20 $. Je lui en ai acheté 5.

C’est tout ? Ben non, ça lui prend aussi un petit lit. Comme ma maison est à aire ouverte, je l’ai mis entre le salon et la salle à manger. Parfait pour s’enfarger en sortant de table ! Un autre 90 $ sur lequel il adore y mettre son urine à l’occasion.

Comme un labrador c’est fragile des hanches, il a aussi fallu acheter une barrière pour lui interdire l’accès aux escaliers du sous-sol. La poche de nourriture pour chiot coûte 60 $. Nous sommes loin des belles années du Dr. Ballard, mais c’est quand même raisonnable et il fait un bon bout avec.

Ah, les visites chez le vétérinaire ! Les premiers vaccins, 350 $. Et rendu là, traitement pour les puces à 40 $ par mois. Puis viendra la castration, mot qui fait mal à écrire.

Monsieur Chase, c’est le nom de mon chien, n’est pas toujours facile. Il a brisé des bas, des chandails, mordillé les chaises de patio, mais, depuis son cours privé à 175 $, ça va beaucoup mieux. D’ailleurs, il va commencer la maternelle. Ce n’est pas une blague, nous sommes rendus là. Est-ce que je commence à mettre des sous de côté si jamais monsieur veut faire un BAC ?

En 3 mois et demi, j’en suis à 3 500 $ dépensé alors que Chase sévit dans la maison. Est-ce que je le regrette ? Certainement Non. Il est très attachant, un peu indépendant et très affectueux. Dès que je l’amène quelque part, il brise des cœurs. Tellement que je pense à en faire la location pour des célibataires qui veulent prendre une marche, ça pourrait compenser. Ça me coûte cher, mais aujourd’hui, je n’ose même pas imaginer combien vaut le cheval d’Éric…

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES