Mercredi, 28 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 51 s

Sommet de l’aluminium : Rio Tinto axé sur le développement et la carboneutralité

Jean-Philippe Tremblay
Le 31 mars 2023 — Modifié à 16 h 30 min le 31 mars 2023
Par Jean-Philippe Tremblay - Journaliste

Sommet de l’aluminium : Rio Tinto axé sur le développement et la carboneutralité

Dans le cadre du sommet de l’aluminium, Rio Tinto a profité de l’occasion pour dévoiler sa vision future de l’entreprise et du même coup, réitérer son engagement dans le développement économique de la région. L’entreprise se tourne vers les enjeux du 21e siècle avec des technologies comme Élysis et les nouvelles cuves AP60.

C’est à l’hôtel le Montagnais que l’entreprise organisatrice, Rio Tinto, a pu partager sa vision sur l’avenir de la multinationale. Cette dernière compte décarboniser sa production pour en arriver à une carboneutralité d’ici 2050.

« Avec le projet qu’on a ici, je n’ai pas peur de dire qu’on a le projet le plus ambitieux de décarbonation du Québec et du reste du Canada, » soutient Sébastien Ross, directeur exécutif des Opérations atlantiques, Rio Tinto.

Pour ce faire, l’entreprise compte sur plusieurs projets novateurs comme Élysis coproduit avec Alcoa qui produira l’aluminium le plus vert au monde. Ce projet révolutionnaire rejettera du O2 plutôt que du CO2, une production d’aluminium sans aucune émission de dioxyde de carbone.

Les cuves Élysis seront à l’essai en projet-pilote dès l’an prochain à l’usine d’Alma. Parmi les autres projets tournés vers l’amélioration de son empreinte écologique, Rio Tinto mise sur diverses initiatives en partenariat avec des entreprises d’ici comme la gestion accrue des résidus et des déchets industriels. Il pourrait éventuellement en venir à commercialiser des matériaux révolutionnaires comme un ciment sans GES ou encore de l’asphalte produit avec des résidus de bauxite.

La multinationale a voulu se montrer rassurante à la suite de l’annonce de la fermeture prématurée des cuves précuites de l’usine Arvida. Le projet sera entamé à partir de 2024, soit un an avant l’échéancier de 2025. Les cuves seront remplacées par 96 cuves AP60, soit 80 de plus que prévu pour produire sensiblement la même quantité d’aluminium et pour une empreinte carbone nettement inférieure. La fermeture des cuves précuites touchera entre 300 et 350 employés de l’usine Arvida. Parmi ceux-ci, environ 100 employés migreront vers les nouvelles cuves, et une quinzaine seront redirigés vers le centre de recyclage. L’intention est de garder les talents dans l’entreprise.

Rio s’est également engagé à investir dans ses infrastructures hydro-électriques de la région pour maximiser le potentiel de ses centrales et moderniser ces dernières. Elle prévoit débourser plus d’un milliard de dollars d’ici 2035 pour la centrale Isle-Maligne.

L’entreprise prévoit s’approprier de plus grandes parts du marché américain, avec une augmentation de la demande dans les prochaines années. À la suite d’un contexte plus restrictif économiquement, les marchés américains et européens entrent dans une période de réindustrialisation massive. La notion de décarbonation est d’ailleurs de plus en plus mentionnée dans les marchés comme le mentionne Jean Simard, président de l’Association de l’aluminium du Canada.

 

 

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES