Dimanche, 21 avril 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 40 s

François Tremblay veut livrer la marchandise

Le 14 octobre 2022 — Modifié à 15 h 14 min le 14 octobre 2022
Par Julien B. Gauthier

Après avoir sillonné la circonscription de Dubuc pendant les 35 jours de la campagne électorale, François Tremblay a constaté une certaine déception quant à la mort du projet GNL-Québec. Il promet du même coup de « livrer la marchandise » et faire mieux pour la suite.

« Le caucus régional, on a ressenti la blessure GNL-Québec. On veut être en mesure de livrer la marchandise et de signifier qu’on est capables de faire encore mieux que GNL pour la suite. C’est une priorité », a fait valoir le député de Dubuc.

Pour lui, il s’agit notamment d’attirer des investissements et des infrastructures à Port Saguenay, pour ainsi favoriser la création d’emplois et de projets significatifs.

François Tremblay entend également faire mieux pour aider l’industrie touristique, forestière, cultuelle, les organismes communautaires et les milieux ruraux.

« Dans Dubuc, tu as La Baie, mais tu as aussi 13 municipalités au total. Le milieu rural souhaite s’impliquer davantage. Ça serait de reconnaître davantage leur apport économique pour le Québec. »

Le député de Dubuc croit notamment que ce deuxième mandat servira aussi à rétablir les impacts causés par la pandémie.

« On a des organismes qui ont pris le relais pour maintenir notre tissu social avec de la dignité. Il faut reconnaitre ces gens-là qui travaillent dans des réalités souvent précaires, avec beaucoup de bénévoles. Aussi, on a une dimension culturelle au Saguenay–Lac-Saint-Jean qui fait ses preuves à l’international. La pandémie a été dure sur nos artistes et nos artisans. »

Balayage caquiste

Selon François Tremblay, l’absence d’un parti d’opposition dans la région ne sera pas un frein au développement.

« Il faut fondamentalement qu’il y ait une forme d’opposition à Québec. C’est sain pour une démocratie. Maintenant, c’est la prérogative du peuple d’imposer la réalité d’opposition à Québec. C’est hors de mon contrôle. On va être beaucoup plus forts avec cinq députés sur cinq. »

Questionné quant à sa faible visibilité médiatique au cours des quatre dernières années, il s’est défendu d’avoir été absent.

« Comme partout au Québec, les ministres régionaux ont davantage de visibilité avec les médias. Ils sont au conseil des ministres, ils ont de l’information à chaud sur les enjeux. Et on ne peut pas non plus envoyer toujours 4 ou 5 communiqués qui disent tous la même affaire. Appelez les maires des 13 municipalités, posez-leur la question : est-ce que vous connaissez François Tremblay et est-ce qu’il vous offre un service de proximité? », a-t-il insisté.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES