Vendredi, 19 avril 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 15 s

Candidat conservateur dans Chicoutimi : Éric Girard pour le retour de GNL Québec

Le 28 septembre 2022 — Modifié à 13 h 21 min le 28 septembre 2022
Par Julien B. Gauthier

Le retour de GNL Québec, tel est le cheval de bataille de l’étudiant en sciences économiques à l’UQAC Éric Girard, qui affronte la ministre Laforest dans la circonscription de Chicoutimi. Il affirme que ses adversaires manquent de volonté politique dans le dossier.

« Pour que le projet ait lieu, ça prend deux choses. Des contrats et de la volonté politique. L’un ne va pas sans l’autre. Avec les nouvelles données actuelles, on va pouvoir dénicher facilement de nouveaux contrats », estime le candidat.

Selon lui, le projet de GNL, qui vise l’exportation de gaz naturel liquéfié, permettrait de lutter contre les gaz à effet de serre.

« Les données ont changé depuis deux ans. L’Allemagne revient au charbon en raison de la guerre en Ukraine, ce qui va créer 28 millions de tonnes de GES. Il faut pouvoir leur exporter de l’énergie », ajoute-t-il, soulignant que le projet aurait pu créer 300 emplois.

Questionné quant à la pénurie de main-d’œuvre, Éric Girard croit que l’arrivée du projet Elysys à l’aluminerie d’Alma, qui entrainera inévitablement des pertes d’emploi, est une opportunité pour rediriger les travailleurs vers le projet de GNL Québec.

« Ma génération est visée par la crise climatique. Il faut avoir une vision globale et l’une de ces solutions, c’est que le Québec exporte du gaz naturel. »

Autres dossiers

Parmi les autres priorités d’Éric Girard, il dit vouloir attirer plus de médecins en région en bonifiant notamment le partenariat entre l’UQAC et l’Université de Sherbrooke, ce qui passerait notamment par un agrandissement du bâtiment sur le campus.

Il veut aussi investir davantage dans Port Saguenay, « ce qui faciliterait l’accès à la voie navigable et pour l’importation et exportation des marchandises ». En outre, il désire donner plus d’autonomie aux municipalités et réduire la taille de l’État en diminuant le nombre de fonctionnaires.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES