Samedi, 24 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 40 s

Usine de filtration d’Arvida : Un organe vital qui passe au bistouri

Le 23 juin 2022 — Modifié à 14 h 40 min le 23 juin 2022
Par Julien B. Gauthier

Usine de filtration d’Arvida : Un organe vital qui passe au bistouri

À l’image du corps humain, l’usine de filtration d’eau d’Arvida fait partie des organes les plus vitaux de Saguenay. Débutés à l’automne 2021, des travaux de l’ordre de 20 M$ permettront à cette infrastructure vieillissante, mais toujours fonctionnelle, de vivre sa deuxième jeunesse.

L’usine, qui date des années 1940, doit ainsi réduire de moitié ses activités pour la durée des travaux, qui s’échelonneront jusqu’en septembre 2023.

Elle possède une capacité de filtration quotidienne de 30 000 m³ d’eau. Dans les faits, elle en filtre 12 000 m³, ce qui suffit aux besoins de la population. Ainsi, ses activités sont réduites à 6 000 m³ par jour pendant les travaux.

Ceux-ci n’affectent en aucun cas les résidents du secteur, puisque ce sont les autres usines qui prennent le relais. En effet, chaque usine communique entre elles par le biais de conduites d’eau.

Au total, on en dénombre quatre à Saguenay : deux à Jonquière (dont l’une à Arvida), une à Chicoutimi et une autre à Chicoutimi-Nord.

Travaux

Les travaux en sont actuellement à la première phase. Ils ont pour but de refaire la moitié de l’usine, dont les bassins de décantation et les contrôles de qualité du procédé chimique.

La phase 2 correspond à la même chose, mais pour l’autre moitié de l’usine.

« Ces travaux de modernisation vont nous permettre d’assurer la continuité des opérations. Nous étions plus vulnérables aux arrêts de production en raison de la désuétude », mentionne Bruno Taillon, ingénieur et chef de division pour traitement des eaux.

« Présentement, on s’attaque au cœur de l’usine. Dans les dernières années, on a procédé à beaucoup d’entretien normal sans toutefois faire du remplacement comme on le fait actuellement », ajoute-t-il.

La salle de contrôle, qui date aussi des années 1940, est toujours en service. Celle-ci aura aussi droit à une cure de rajeunissement. À l’heure actuelle, certains de ses boutons sont en réalité des bouchons de liège de bouteilles de vin.

Au terme des travaux, l’usine prendra un virage vers une plus grande automatisation.

Qualité d’eau exceptionnelle

Bruno Taillon mentionne au passage que l’eau acheminée aux citoyens est d’une très grande qualité. L’eau de l’usine d’Arvida est prise à même la rivière Chicoutimi.

« L’eau de cette rivière est très bonne. Nous ne sommes pas à proximité de pharmaceutiques, par exemple, qui pourraient laisser des contaminants. Le ministère nous exige de traiter l’eau, mais on n’est pas loin du seuil où on n’aurait pas besoin de le faire », conclut-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES