Vendredi, 19 avril 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 39 s

La radio, un médium là pour rester

Serge Tremblay
Le 04 mars 2022 — Modifié à 13 h 34 min le 04 mars 2022
Par Serge Tremblay - Rédacteur en chef

Fou des sports, la radio a permis à Michel Thiffault de communiquer au grand public une passion toujours grandissante. Pour le chroniqueur sportif, l’art de la radio, demeure le moyen par excellence pour atteindre instantanément le cœur des gens.

Après 50 années de radio, Michel Thiffault a vécu de l’intérieur l’évolution de la radiophonie.

« La place de l’animateur a nettement changé avec les années. À mes débuts, on lisait littéralement les nouvelles, les petites annonces, une à une, et même les avis de décès. Tout ça en faisant tourner de la musique. L’aspect technique était vraiment différent aussi. J’ai connu l’époque révolue où on mettait de grosses cassettes, on utilisait des bobines et l’on faisait jouer des 33 et 45 tours, » raconte-t-il.

L’animateur remarque également que les codes à la radio et la façon de s’adresser aux gens en ondes se sont transformés.

« Aujourd’hui, on parle de façon très naturelle au micro. À mes débuts, on parlait de façon très pointue en utilisant un langage soigné. Aujourd’hui, tu peux même sacrer en ondes. Si j’avais fait ça dans mon temps, j’aurais été automatiquement congédié! »

Cul-de-sac

Avec une réputation solidement établie, Michel n’a plus à rien à se prouver en matière de joutes sportives. Cependant, en début de carrière, ce dernier a eu ses épisodes de désillusion.

« À mes débuts, ma voix rauque passait plus ou moins bien dans le milieu. Je ne faisais que les bulletins de sports et je sentais que je faisais du surplace. Je me disais même que je n’allais pas faire long feu dans le métier. C’est Germain Gagnon, directeur des programmes à la radio de Roberval, qui a sauvé ma carrière. Il m’a proposé de faire une émission d’une heure qui ne traitait que de sports. Là, je suis devenu le personnage populaire de Michel Thiffault. »

Ayant également fait la couverture d’évènements tragiques (le déluge du Saguenay et le séisme de 1988), l’homme de public est convaincu que la radio demeure essentielle pour informer les gens en tout temps.

Les 400 coups à la télé

Michel a aussi été actif du côté de la télévision, notamment à la télé régionale (CKRS-TV), où il a tâté l’animation de quelques émissions, et aussi le rôle convoité de correspondant pour le Réseau des sports (RDS).

Enfin, les plus nostalgiques se souviendront peut-être de l’émission de variétés Bien au show, que Michel animait au côté de Sandra Claveau pour CKTV.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES