Dimanche, 16 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 27 s

Relocalisation de la Maison d’accueil pour sans-abri : Mireille Jean souhaite une cohabitation harmonieuse

Le 03 février 2022 — Modifié à 15 h 48 min le 03 février 2022
Par Marie-Ève Lavallée

Le déménagement de la Maison d’accueil pour sans-abri sème l’inquiétude chez les résidents à proximité du nouvel emplacement, l'ancien couvent des Servantes du Très-Saint-Sacrement. La conseillère municipale du secteur, Mireille Jean, procédera à une séance d’information afin de susciter une cohabitation harmonieuse avec les gens du quartier.

La conseillère du District #8 voit d’un œil positif la relocalisation de l’organisme

sans but lucratif dans le bâtiment de la rue Saint-Sacrement, qui retrouvera une nouvelle vocation d’aide aux personnes en situation d’itinérance.

Cependant, les craintes des citoyens du quartier face à la nouvelle cohabitation sont nombreuses.

« Les gens du quartier se montrent préoccupés à l’égard de la sécurité de leurs enfants, notamment lors des déplacements vers le Conservatoire de musique, l’école ou le centre-ville. Je souhaite impliquer la population environnante dans ce projet et ne pas l’exclure des décisions qui la concernent, » souligne Mireille Jean.

En réponse à ce problème, la conseillère a pris l’initiative de mettre en place une séance d’information et d’implication où le citoyen sera appelé à trouver des solutions.

« Les participants seront informés de l’évolution du projet, nous accueillerons leurs incertitudes. Mon rôle est celui de les rassembler pour qu’ils puissent travailler à un meilleur environnement ensemble. »

Les résidents, commerçants et institutions du périmètre concernées, soit les rues Morin, Lafontaine, Jacques-Cartier et Price, seront conviés par la poste à se joindre à l’exercice de réflexion.

La séance devrait avoir lieu au cours du mois de février.

Construire une ville intelligente

Inspirée par la philosophie de la ville intelligente, Mireille Jean souhaite davantage impliquer la population par une gouvernance participative et inclusive.

Étudiante à la maîtrise à la HFT Stuttgart d’Allemagne, elle se penchera principalement sur la résilience d’un quartier donné de Chicoutimi-Nord dans les mois à venir.

En effet, l’architecte de formation réfléchira à comment certaines innovations urbaines et technologiques peuvent améliorer la qualité de vie d’un milieu.

« C’est de repenser la configuration des rues résidentielles d’une ville nordique de l’Amérique du Nord en la remettant entre les mains de ses occupants. »

À l’heure actuelle, elle ne peut dévoiler le nom des rues sélectionnées pour son étude qui sera un projet pilote.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES