Sports

Temps de lecture : 1 min 51 s

Saguenay : Le problème d’accessibilité aux piscines doit être réglé rapidement 

Janick Émond
Le 10 février 2023 — Modifié à 12 h 20 min le 10 février 2023
Par Janick Émond - Journaliste

Saguenay : Le problème d’accessibilité aux piscines doit être réglé rapidement 

Le problème d’accessibilité aux piscines à Saguenay est un problème urgent qui se doit d’être réglé rapidement, selon Jean-Pierre Girard et l’ensemble du comité de nageurs militant pour la construction d’un complexe aquatique.  

Avec la piscine Roland-Saucier de Chicoutimi-Nord, qui a été fermée l’an dernier, il ne reste plus à Chicoutimi que la piscine du Cégep de Chicoutimi. Et cette dernière est dans un mauvais état.  

« On nous dit depuis des années qu’elle n’a plus beaucoup d’années de survie cette piscine, et là, elle est complètement désuète. C’est très inquiétant, tout repose sur cette piscine à Chicoutimi », commente l’ancien journaliste et féru de natation Jean-Pierre Girard. 

Ce qui est avant tout déploré par le comité de nageurs, formé entre autres de Jean-Pierre Girard, du nageur Michel Dufour et de Pierre Lavoie, c’est le manque de service et d’accessibilité aux piscines à Saguenay.  

« Les heures de bain libre sont pratiquement inexistantes. Il n’y a pas moyen de nager le matin à Saguenay. Même de soir, c’est difficile. Ça se limite pratiquement qu’à un 50 minutes sur l’heure du midi. C’est inacceptable, il faut offrir à la population beaucoup plus d’heures de bain libre que ça. Nous sommes, dans la région, la capitale nationale de la nage en eau libre, comment ça se fait que c’est pratiquement impossible d’aller nager librement en piscine ? » 

Manque de sauveteurs  

Jean-Pierre Girard avance qu’il n’a jamais été en mesure d’avoir une explication quant à savoir pourquoi l’offre de bain libre est si limitée.  

Cependant, une piste de réponse repose peut-être dans le manque de sauveteurs.  

« Avec la covid, la pénurie de sauveteurs n’a fait qu’augmenter. Il y a deux fois moins de personnel qu’il y a trois ou quatre ans. »  

Mais selon le comité de nageurs, il s’agit d’un problème similaire à celui de l’œuf et de la poule.  

« Ce qu’on pense, c’est que plus il y aura d’heures de bain libre, plus il sera facile de trouver des sauveteurs. De venir pendant seulement une heure, ce n’est pas payant pour eux. Mais si on leur offrait beaucoup d’heures, là ça serait intéressant. » 

Complexe  

Le comité de nageurs presse ainsi les différents paliers de gouvernement afin qu’une annonce se fasse rapidement quant à la construction d’un complexe aquatique à Saguenay.  

« Il faut que ce soit annoncé dans les prochaines semaines, les prochains mois. On est réaliste, on n’aura pas accès au complexe d’ici probablement quatre ans. Mais pour éviter de se retrouver sans piscine à Saguenay, l’annonce doit se faire très rapidement. »  

Le comité, qui est optimiste qu’un tel projet aille de l’avant, souhaite qu’un éventuel complexe soit doté de deux bassins de 25m chacun.  

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES