Lundi, 26 février 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 12 s

All-in pour les Marquis

Le 18 janvier 2024 — Modifié à 09 h 44 min le 18 janvier 2024
Par Dominic Bolduc

All-in pour les Marquis

Dans quelques semaines, on en sera à sept printemps depuis la dernière conquête éliminatoire des Marquis de Jonquière. Lors de cette saison, l'équipe dirigée par Richard Martel avec tout raflée pour remporter les grands honneurs : 30 victoires en 40 parties en saison, et 12 victoires en 15 matchs en séries.

Il s'agissait d'une troisième conquête de la coupe Vertdure en cinq ans pour Jonquière. Depuis, une seule présence en finale est à noter en 2019, une défaite en six matchs contre Sorel. Depuis, l'équipe a changé à plusieurs niveaux : nouveaux propriétaires, nouveaux dirigeants et pratiquement une nouvelle formation sur la glace, mis à part Jean-Simon Allard et Christian Ouellet.

Il y a eu la pandémie qui a fait perdre une saison complète et deux séries éliminatoires, mais au cours des deux dernières années, les Marquis ont été frustrés en séries, avec des éliminations au premier et deuxième tour.

Cette saison, le grand manitou de l'équipe, Bob Desjardins, a décidé de mettre cartes sur table afin de présenter sur la glace l'équipe qui ramènera le saint Graal au Saguenay. Plusieurs mouvements ont été faits au cours des dernières semaines avec l'acquisition de Joey Ratelle, Yannick Riendeau, Philippe Cadorette, Samuel Thibault et plusieurs autres. De plus, la place de Donald Brashear à temps plein amène un visage plus physique de l'équipe.

Alors que la compétition entre les six équipes du circuit n'a jamais été aussi forte, il n'est pas vraiment nécessaire de finir au premier rang pour espérer soulever la coupe au printemps. Au cours des dernières saisons, il a été rare de voir que la meilleure équipe en saison être la meilleure équipe en séries.

Bien que Jonquière figure dans le bas du classement, à quelques occasions, elle semblait être la meilleure équipe sur la glace. Mais comme c'est le cas chaque année, il est difficile d'aligner l'équipe A chaque soir, en raison des blessures et des indisponibilités de certains joueurs.

Dans un précédent texte, j'avais mentionné que les Marquis étaient à la recherche de son identité : une organisation fière de porter le « J » sur son chandail et qui le défend à merveille sur la patinoire. L'arrivée de Luis Tremblay derrière le banc commence à porter ses fruits. La défensive est de plus en plus solide et robuste, en plus d'être responsable.

À l'attaque, certains joueurs semblent se chercher encore mais lorsque cela survient, il y en a d'autres qui se chargent de remplir le filet. C'est le cas du trio de Simon-Claude Blackburn, Louis-Philippe Simard et Louis-Philippe Denis. Capables d'être utilisés à toutes les sauces, ils sont efficaces à tuer de grosses punitions et de marquer le but qui fera la différence dans le même match.

Et cette semaine, Bob Desjardins a ajouté l'élément manquant à l'attaque, en Pierre-Cédric Labrie, un avant fort qui possède une expérience inouïe, avec 46 matchs dans la Ligue nationale et plus de 700 rencontres dans la Ligue américaine. Capable de prendre soin de lui-même, il peut provoquer à l'attaque et déranger l'adversaire.

Bref, si la tendance se maintient, le Palais des Sports, qui compte une moyenne de plus de 2 000 spectateurs depuis le début de la campagne, continuera de se remplir ce printemps et souhaitons-le, le plus tard possible.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES