Les secrets du bonheur

Chronique par Roger Lemay
Les secrets du bonheur

Chronique

J’ai vu une date passer il y a quelques jours qui s’adonnait à être celle correspondant avec l’arrivée du printemps.
Saviez-vous que le 20 mars a été proclamé Journée mondiale du bonheur et du bien-être par l’Assemblée générale des Nations unies en 2012?

L’idée pour l’ONU était alors de reconnaître le bonheur et le bien-être comme des aspirations universelles et surtout faire en sorte que le bonheur des populations de tous les pays de la planète soit considéré comme un objectif politique de la part des décideurs, au même titre que la santé économique et environnementale des nations. On a même qualifié cet indice de « Bonheur National Brut » ou BNB…

Dans le Larousse, la définition du bonheur est la suivante : état de complète satisfaction. Synonymes : béatitude, contentement, euphorie, félicité, joie.

Bien entendu, il peut y avoir autant de définitions du bonheur qu’il y a d’individus. Une de celles-là vient de notre talentueuse chanteuse Ginette Reno. À la question « qu’est-ce que le bonheur pour vous? », elle a répondu ainsi : c’est le sentiment serein et profond d’être au bon endroit, au bon moment, et de trouver la satisfaction et le plaisir de faire ce qu’on doit faire dans l’immédiat peu importe ce que c’est, la cuisine, le ménage, chanter… Une bien belle définition, non?

Selon une très sérieuse étude de l’Université Harvard, 50 % des personnes ont une prédisposition génétique à être heureux. En revanche, le bonheur de l’autre moitié est totalement entre leurs propres mains. En bref, l’étude suggère que le bonheur d’une personne sur deux dépend du résultat des choix qu’elle fait.

Toujours selon l’étude d’Harvard, ce qu’une majorité d’ados croient être la clé du bonheur, c’ est-à-dire la richesse et la célébrité, ne comptent aucunement dans l’équation et n’offrent aucune garantie de bonheur.

Les chercheurs concluent finalement que tous les secrets du bonheur tournent autour des relations sociales et humaines. La qualité de votre relation de couple (et familiale) ainsi que celle que vous nourrissez à l’égard de vos collègues viennent en tête de liste, de même que la valorisation au travail et l’atteinte de la sérénité dans vos moments de solitude.

Cependant, il y a en plus, me semble-t-il, une vérité incontestable. Il y a effectivement quelqu’un responsable de votre propre bonheur. Trouvez un grand miroir, regardez bien dedans et vous rencontrez cette personne. Dites-lui que vous l’aimez malgré ses défauts et ses erreurs du passé. Dites-lui que vous lui pardonnez ses fautes. Rappelez-lui ses forces et ses belles qualités. Ne soyez pas trop sévère avec elle et parlez-lui doucement, de la même façon que vous parleriez à un bon ami.

Ce serait déjà un bon départ.

Partager cet article