Dimanche, 21 avril 2024

Culture

Temps de lecture : 1 min 41 s

La peintre Kristine Girard : Un nouveau repère tranquille pour l’artiste

Le 16 décembre 2021 — Modifié à 16 h 35 min le 16 décembre 2021
Par Julien B. Gauthier

Après plusieurs déménagements, l’artiste peintre Kristine Girard ancre sa démarche artistique dans un atelier ayant pour vue l’immensité de la rivière Saguenay. Niché à l’est du Boulevard du Saguenay à Arvida, l’univers de l’atelier K est ouvert aux collectionneurs comme aux curieux.

Kristine Girard avait besoin de quitter son atelier du centre-ville où la souffrance des plus démunis interférait dans son processus créatif. La femme sensible recherchait un espace vivant pour ancrer la suite de sa démarche artistique.

La maison contemporaine en béton est bien plus qu’un lieu de travail voué à créer des œuvres singulières. Les grandes fenêtres et le bois meublant l’espace créent une atmosphère de détente donnant insidieusement envie de s’y emmitoufler.

L’entrée livre à sa droite la salle d’exposition où il est possible d’apprécier certaines pièces de collection de l’artiste en mouvement perpétuel. À gauche, Kristine offre une boutique garnie de différents produits d’artisans locaux et plusieurs vêtements à l’effigie de ses œuvres aux couleurs vibrantes.

Au sous-sol, le bunker est le terreau fertile donnant libre cours à ses pinceaux, où les émotions sont libérées dans un geste spontané ou plus méticuleux. Une salle d’étude est également disponible ainsi qu’une aire de repos pouvant accueillir des artistes outre-mer à des fins de collaboration dans l’avenir.

La contemplation prémisse de l’œuvre

L’inspiration de l’artiste est liée à son monde intuitif et est à la fois guidée par son contact avec l’environnement extérieur.

« Quand je pars faire du ski hors-piste, mon regard autour peut se poser sur l’immensité du sommet d’une montagne ou plutôt sur un amas de lichens sur une roche », expose-t-elle.

D’un point de vue macroscopique ou microscopique, tout est une question d’angle de perception. En alternance entre différentes séries, la peintre peut passer d’une série Boréal, d’une série Horizon ou encore d’une série Floral, combinant des styles impressionniste ou pointilliste suivant ses élans créateurs.

Maintenant au tournant de sa vie, la créatrice demeure à l’écoute de ce qui l’habite et reste éveillée au monde de l’art. « Ce qui m’anime intellectuellement, c’est de siéger sur des jurys et d’évaluer des artistes. Cela me permet de jeter un regard positif sur le travail des autres. Je donne également des formations à des maîtres d’art et ça me nourrit beaucoup. »

Centre d’artiste

Habitée par le désir d’assurer une pérennité à son œuvre, l’artiste rêverait de faire de son atelier un centre d’artiste permanent. D’ailleurs, dès l’été prochain, elle souhaite créer des évènements artistiques extérieurs, plus inspirée que jamais.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES