Dimanche, 21 avril 2024

Économie

Temps de lecture : 1 min 56 s

Budget provincial 2024 

Les secteurs clés de la région gagnants  

Le 20 mars 2024 — Modifié à 10 h 51 min le 20 mars 2024
Par Sara-Léa Bouchard - Collaboration CKAJ

Alors que Québec fait face à un déficit historique de 11 milliards de dollars, le Saguenay-Lac-Saint-Jean jongle maintenant entre déceptions et victoires. Le budget provincial 2024, dévoilé mardi, a su gâter les secteurs clés de la région, comme l’aluminium et la foresterie, mais a éclipsé plusieurs autres filières par manque d’investissement.  

Des sommes allouées qui vont toutefois dans le sens de la tendance économique actuelle, selon le comptable et fiscaliste pour la firme MNP de Saint-Félicien, Olivier Leroux. 

« C’est certain que ce n’est pas un budget où il y a beaucoup d’argent de disponible, ça va avec l’économie qu’on a présentement qui est en stagnation. Pour la région en tant que telle, c’est sûr qu’il y a des points positifs, notamment au niveau de l’aluminium avec une somme de 90 M$ sur trois ans. Aussi, pour la forêt, il y a des bons montants de 324 M$ disponibles. S’ajoute à cela le volet avec la SOPFEU, dans lequel ils viennent y investir un autre 26 M$ », mentionne-t-il.  

Celui-ci déplore cependant le peu d’argent octroyé pour le logement, considérant la crise qui sévit dans ce secteur en particulier dans la région.  

« C’est un problème pour la région, parce que quand on fait venir des travailleurs étrangers présentement, on a de la misère à les loger par manque de loyers. Je pense que s’il y avait plus de logements sociaux, ça pourrait régler une partie du fléau », ajoute Olivier Leroux.  

Deux aspects ont également surpris le fiscaliste lors de l’annonce du budget, soit l’abolition du crédit d’impôt pour le maintien en emploi des 60 ans et plus, ainsi que l’arrêt des subventions en 2027 du programme « Roulez vert » pour les acheteurs de véhicules 100% électriques ou hybrides rechargeables.  

Le fiscaliste dénote aussi l’absence d’annonces concernant les infrastructures sportives au Saguenay-Lac-Saint-Jean, comme le Centre Georges-Vézina de Chicoutimi.  

« Il n’y a pas eu d’annonces dans le budget à ce sujet-là. C’est certain que les résultats ne sont pas encore sortis pour le PAFIRSPA. Mais on n’a pas eu d’autres nouvelles, peut-être avec une enveloppe encore plus importante, mais c’est sûr qu’il y a de nombreuses régions dans la province qui n’auront pas ce qu’elles ont demandé. »    

Quand inflation veut dire prudence  

Le budget le démontre bien : l’inflation gagne toujours du terrain et la région est loin d’être épargnée. Olivier Leroux soutient qu’il faut continuer de s’accrocher, car la baisse des taux d’intérêt n’est pas prévue de sitôt.  

« Les entrepreneurs ont encore de l’argent, mais sont plus prudents qu’il y a quelques années. Plusieurs entreprises maintenant, comme Rio Tinto, coupent dans leurs investissements en raison de la hausse des coûts en construction, entre autres. Ça va prendre un moment avant que les taux d’intérêt s’abaissent. La confiance des consommateurs va aussi avoir un impact à ce niveau-là », conclut-il.  

 

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES