Samedi, 24 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 41 s

La pâtisserie-boulangerie Le Viennois : Une petite institution à dimension familiale

Janick Émond
Le 01 décembre 2021 — Modifié à 13 h 18 min le 01 décembre 2021
Par Janick Émond - Journaliste

La pâtisserie-boulangerie Le Viennois : Une petite institution à dimension familiale

À l’aube de ses 25 ans, la pâtisserie-boulangerie Le Viennois s’apprête à changer de main. Et la dimension familiale de cette institution est préservée puisque la fille des propriétaires, Vicky Tremblay, assure la relève en compagnie de son conjoint, Jean-François Gagné, et d’une troisième partenaire, Alexanne Lavoie.

C’est en mars prochain que le royaume de la viennoiserie fêtera ses 25 ans d’existence sur la rue des Saguenéens à Chicoutimi. L’endroit appartient toujours aux propriétaires d’origine, Jacynthe Bouchard et Jacques Tremblay. Ceux-ci quittent cependant tranquillement leur commerce en laissant le soin aux trois nouveaux actionnaires de prendre la relève.

Vicky Tremblay, ancienne psychoéducatrice, a entamé une seconde carrière il y a cinq ans déjà. D’ailleurs, elle avance que ses études lui sont bien utiles dans son nouveau travail.

« Le côté psychologie de ma discipline m’est très utile en ressources humaines et au niveau du service à la clientèle, » dit-elle, le sourire dans la voix.

Celle qui a grandi avec le commerce et qui y a travaillé pendant de nombreuses années ne pouvait pas laisser passer cette opportunité d’assurer la relève.

Main-d’œuvre française

Victime de son succès, Le Viennois fait face à un heureux problème : une demande croissante pour ses produits. La femme d’affaires explique que la situation se complique lorsqu’il y a pénurie de main-d’œuvre.

« Il est difficile de trouver de la main-d’œuvre qualifiée. Nous sommes proactifs et on recherche des solutions. Par exemple, on a fait venir une personne de la France qui avait manifesté son intérêt. Heureusement, ça se passe bien, mais ce sont aussi des démarches administratives très lourdes qui ont pris près de six mois. On a pris un risque. »

L’entreprise redouble d’ardeur pour répondre à la demande, mais ne fait pas de compromis afin de demeurer fidèle à la qualité et à la fraîcheur de ses produits.

C’est surtout la force de son équipe qui explique le succès de la pâtisserie-boulangerie. En période d’intensification de production, le nombre d’employés peut s’élever à 35.

Les classiques

Actuellement, des travaux extérieurs sont visibles sur la bâtisse. Ils servent à revamper l’ancienne verrière afin de lui donner un coup de jeunesse en une belle vitrine mieux aérée.

Encore une fois cette année, la production de beignes au sucre saura ravir le cœur des gourmands. Pour les travailleurs, c’est le moment de produire sans relâche. L’année dernière, c’est près de 25 000 douzaines de beignes qui ont été fabriquées à la main dans un laps de temps de trois mois.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES