Mardi, 16 juillet 2024

Économie

Temps de lecture : 2 min 11 s

Légumes biologiques - La ferme Olac augmentera son offre

Le 20 mai 2024 — Modifié à 08 h 00 min le 20 mai 2024
Par Jean-François Desbiens

La Ferme Olac à Jonquière, spécialisée dans la production maraîchère biologique depuis 2017, augmentera son offre cette année. Son kiosque de vente de légumes directement du producteur situé sur le chemin Saint-Benoît sera isolé du froid pour rester ouvert plus longtemps.

Le copropriétaire de l’entreprise dirigée par la cinquième génération de la même famille, Thierry Poniewiera, souligne que ça rendra ses produits encore plus accessibles.

« L’isolation sera terminée pour l’ouverture au début juin. Auparavant, le kiosque était fermé entre la mi-octobre et le début novembre, mais avec ces travaux, ça nous permettra d’allonger la saison de plusieurs semaines. On aimerait ça qu’il soit ouvert jusqu’après les Fêtes. On a beaucoup de légumes de conservation comme la pomme de terre qu’on peut se permettre d’avoir à l’année. Si on voit que ça marche bien, on peut même produire en serre au besoin. »

Une quarantaine de variétés de légumes, notamment des tomates, des concombres, des oignons, de la laitue et des piments, sont cultivées sur la ferme, sans pesticide ou engrais chimiques.

Depuis sept ans, elle offre également des paniers de légumes bios sous deux formules. Ses clients peuvent venir les chercher chaque semaine avec des produits choisis par le maraîcher ou payer un montant en début de saison pour venir les choisir eux-mêmes par la suite jusqu’à épuisement du montant.

« On a environ une centaine de clients pour les paniers par saison, précise le copropriétaire. On pourrait en faire plus, mais on préfère se limiter pour offrir un bon service et avoir une belle diversité dans ce qu’on propose. »

Développement durable

Même s’il constate que l’engouement pour les produits biologiques s’essouffle un peu, Thierry Poniewiera estime que la tendance est là pour rester parce que l’achat local fait partie du développement durable.

« Le problème qu’on a, c’est le coût de la vie qui augmente pour tout le monde. Les gens vont se loger avant de se nourrir. Ils vont aller à l’épicerie acheter ce qui est moins cher et font des choix. Mais si on regarde le prix des légumes biologiques à l’épicerie et nos prix, c’est la même chose et des fois, on est même moins chers. Et quand on vient directement chez le producteur ou qu’on prend des paniers, ce n’est pas nécessairement plus cher qu’à l’épicerie. »

Offrir des nouveautés

Pour attirer encore davantage de clients vers une saine alimentation, la ferme s’efforce d’offrir des nouveautés.

« On s’est spécialisé dans les pommes de terre biologiques parce qu’à l’épicerie, c’est un des légumes qui est produit avec le plus de pesticides. On est maintenant le seul producteur dans la région à le faire avec un bon volume. On tente aussi de faire de la patate douce cette année. On a eu une germination inégale, mais on a des plans pour avoir du rendement. »

La ferme vend également de la viande de bœuf élevé sur place.

« Quand les gens goûtent à notre viande, ils voient que c’est différent », termine Thierry Poniewiera.

Le Cahier EntrePreneurs est une initiative de Trium Médias, en collaboration avec le journal Les Affaires. Dans les éditions trimestrielles se trouvent des articles touchant directement les enjeux et défis du monde des affaires.

Pour consulter l’édition

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES