Mardi, 16 juillet 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 27 s

Ne jamais sous-estimer le calcul politique

Le 06 juin 2024 — Modifié à 10 h 20 min le 06 juin 2024
Par Richard Banford

En politique, comme pour la vraie vie, il y a des choses qui vont de soi. L’opposition au grand jamais donne raison aux élus qui détiennent le pouvoir et vice-versa. Il serait naïf de croire que la mairesse de Saguenay, Julie Dufour, puisse donner son accord à un projet piloté par un conseil d’administration où siège le conseiller de l’opposition.

Tel est le cas pour le plan projeté de la construction de chalets pour touristes dans le parc de la Rivière du Moulin. Le conseiller Marc Bouchard, de l’ERD, délégué par la ville pour accompagner les membres du CA dans l’administration de ce parc urbain, aurait dû prévoir la réaction de la mairesse, qui n’a jamais été mise au courant du dossier.

Représentant désigné

À l’époque où j’occupais le poste de responsable des communications dans l’équipe du maire Jean Tremblay, ce dernier m’avait désigné pour représenter la ville au sein du conseil d’administration de la Société historique du Saguenay. Cet organisme reposait sur quelques personnes bénévoles, passionnées d’histoire, qui, au sein d’un CA, veillaient sur quelques employés permanents débordés par l’ampleur de la tâche.

Mon rôle consistait à prendre cause et effet de la situation de la SHS puis, de suggérer des solutions au maire et aux conseillers de la ville de Saguenay. Première constatation, le manque de ressources financières pour ajouter du personnel qualifié afin d’assurer la collecte et la conservation des précieux documents historiques, qui parvenaient de partout sur le territoire de la région. Seconde constatation, la direction de l’organisme s’opposait, parfois publiquement, aux politiques du maire.

Malgré cette divergence politique, les membres du comité exécutif de la Ville ont autorisé une augmentation appréciable de la subvention annuelle avec l’espoir d’un éventuel changement de cap des autorités de la Société. Ce qui se confirme, quelque temps plus tard, alors qu’une nouvelle direction s’installe à la SHS.

Mais, en 2017, avec l’arrivée à la mairie, de la conseillère Josée Néron, je me vois dans l’obligation de laisser mon titre de représentant désigné pour celui d’administrateur. Ainsi va la politique.

Une corporation indépendante

Tout comme la Société historique du Saguenay, la corporation du parc de la Rivière du Moulin, est une entité indépendante, avec sa charte, ses lettres patentes où s’inscrit sa mission, ses objectifs et sa vision. Elle peut demander de l’aide financière auprès des gouvernements et prendre les décisions opérationnelles qui s’imposent.

Le vaste terrain sur lequel la corporation coordonne les activités appartient cependant à la ville de Saguenay en vertu d’un acte de donation signé par les ex-propriétaires, les sœurs augustines en 1976.

Les administrateurs du site font une demande et obtiennent 370 000$ au gouvernement du Québec pour construire des unités de chalets sur une partie déboisée du parc. Malgré sa présence au sein du conseil d’administration de l’organisme, le conseiller municipal du secteur, Marc Bouchard, ne semble pas avoir sensibilisé la mairesse, Julie Dufour, et le service d’urbanisme et d’aménagement du territoire.

Oubli ou calcul politique

S’agit-il d’un oubli ou d’une omission volontaire justifiée par un calcul politique? Parce que comme représentant de l’ERD, seule opposition officielle, le conseiller Bouchard devait savoir que cette annonce ne serait pas reçue avec enthousiasme.

Et même si la corporation est indépendante de la ville, le territoire sur lequel elle veille à la pratique des activités appartient à la municipalité. La mairesse et la majorité des conseillers qui l’appuie peuvent s’opposer à la construction de toute nouvelle infrastructure sur son terrain. Il y a fort à parier que ce projet, controversé, ne se concrétisera pas. Parce que, outre l’aspect environnemental, on aurait oublié le calcul politique.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES