Mardi, 16 juillet 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 5 s

Le chant du Cygne de la mairesse Dufour

Le 17 mai 2024 — Modifié à 15 h 00 min le 17 mai 2024
Par Richard Banford

La question ne se pose plus. Le centre-ville de la métropole saguenéenne se trouve à Chicoutimi. Ainsi en a-t-on décidé au dernier grand conseil de la ville de Saguenay, le mardi 7 mai dernier.

La résolution est passée comme beurre dans la poêle, dans la parfaite harmonie sans même que les nombreuses personnes assemblées dans la salle du conseil posent de questions. Cette rencontre publique paisible, fait rare à Saguenay, cache-t-elle une autre réalité ? Une sorte d’entente tacite, par exemple, pour démontrer que tous les membres du conseil sont maintenant disposés à travailler dans l’unanimité en laissant de côté les rivalités chauvines.

Stratégie mesurée

Une telle décision n’a pu se prendre spontanément sans mesurer toutes les conséquences. Sur le plan politique, cette annonce peut fragiliser le support des citoyens des autres arrondissements. Parce que, si les membres du Mouvement citoyen de Chicoutimi métropolitain vont applaudir à cette décision, la réception des propriétaires de commerces de la rue Saint-Dominique, comme ceux des centres-villes de La Baie, Kénogami et Chicoutimi-Nord pourrait être de toute autre nature.

Les Chicoutimiens peuvent voir là une revanche au revers subit à la demande de l’ajout d’un conseiller dans l’arrondissement de Chicoutimi, mais les commerçants des autres centres-villes vont plutôt considérer cette décision comme un déni de leur réalité.

Chant du cygne

Mais, cette annonce aussi surprenante qu’imprévue, cache une autre hypothèse tout aussi perceptible : la mairesse, Julie Dufour, prépare sa sortie de la vie politique.

Julie Dufour n’a jamais caché, notamment à l’occasion du dépôt du projet de lo 57, son inquiétude au sujet du harcèlement et de l’intimidation subis par les élus, particulièrement depuis l’avènement des réseaux sociaux.

Il y a aussi ces rumeurs d’enquête du directeur général des élections à propos de propositions qu’elle aurait faites à d’éventuels concurrents dans sa dernière course à la mairie.

Par ailleurs, Mme Dufour laisse à la conseillère des centres-villes de l’arrondissement de Chicoutimi, Mireille Jean, l’imputabilité, de ce choix du centre-ville officiel de Saguenay.

D’autre part, après deux mandats à titre de conseillère, en plus de celui-ci à la mairie, Mme Dufour aurait droit à une allocation mensuelle indexée à vie de retraite à la fin de son mandat puisqu’elle a cumulé plus deux mandats à titre d’élue pour la ville de Saguenay.

Support et division

En outre, l’image de solidarité qu’on a voulu projeter, à l’occasion du dernier grand conseil, ne durera pas. Tout comme le soutien que les conseillers ont accordé à la mairesse au cours du dernier conseil. Certains, comme Jean-Marc Crevier, qui a témoigné contre Mme Dufour, devant le DGE, tout comme le conseiller, Michel Tremblay, qu’elle a destitué comme membre du Conseil exécutif de la ville en plus du conseiller, Serge Gaudreault, pourfendu pour des propos que la mairesse a qualifiés de rocambolesques, ne comptent certainement pas parmi ses futurs supporteurs.

Quelques autres aussi, comme Jimmy Bouchard et Marc Bouchard de l’ERD, que les rumeurs qualifient de candidats éventuels à l’élection de 2025 ne rentreront pas dans le rang. En somme, tous ces éléments penchent en faveur d’un chant du cygne pour Mme Dufour.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES