Mardi, 16 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 4 s

Lac Kénogami

Un niveau anormalement bas, mais pas inquiétant

Jean-François Desbiens
Le 23 mai 2024 — Modifié à 09 h 34 min le 23 mai 2024
Par Jean-François Desbiens - Journaliste

Les plaisanciers et les baigneurs devront patienter encore un certain temps avant de pouvoir profiter du lac Kénogami cette saison. Même s’il a commencé à remonter, le niveau du plan d’eau reste encore anormalement bas.

Le fond du lac est toujours visible à plusieurs endroits, notamment dans le secteur de la chapelle Saint-Cyriac, de la marina et au camping du Centre touristique du lac Kénogami.

Cette sécheresse s’explique par le peu de neige reçu durant l’hiver et le manque de précipitations ce printemps à Saguenay, selon le conseiller municipal Jimmy Bouchard.

« Le bassin versant du lac se trouve dans la Réserve faunique des Laurentides, rappelle-t-il. Là aussi, le couvert de neige a été insuffisant. »

Jimmy Bouchard estime cependant que la situation est loin d’être alarmante.

« Le niveau du lac est un peu plus bas que d’habitude, mais je ne suis pas inquiet. On est environ 8 jours en retard par rapport à la normale des 50 dernières années. On atteint d’habitude le niveau d’opération autour de la fin du mois de mai. On sera un peu en retard cette année et ce sera probablement autour du 10 juin. On sera en retard d’environ une semaine ou de 10 jours. »

Production d’électricité

Le conseiller municipal ne croit pas non plus que ce bas niveau de l'eau entraînera une baisse de production d’électricité sur les barrages. Elkem Métal et Hydro-Jonquière produisent de l’énergie avec l’eau du lac qui se jette dans la rivière aux Sables et dans la rivière Chicoutimi en traversant les barrages Portages-des-Roches et Pibrac.

« Les débits d’eaux évacués du lac ont été diminués au minimum pour favoriser le remplissage. C’est cependant suffisant pour faire tourner les barrages. »

Benoit Harvey, un riverain qui habite dans le secteur depuis très longtemps, refuse également de s’inquiéter.

« On a déjà vu un niveau aussi bas et ça n’a rien d’exceptionnel, dit-il. Ce qui nous déséquilibre dans nos repères, c’est ce qu’on a eu un printemps très hâtif. La neige a disparu rapidement et on a vu apparaître le fond du lac. Habituellement autour du 20 mai, le lac est plus haut et il y a encore de la neige sur les berges. On est donc un peu en retard, mais ce n’est pas problématique. »

Retour à la normale

Benoit Harvey estime que la situation devrait revenir à la normale d’ici peu.

« On voit déjà que le niveau de l’eau monte tranquillement. Il est déjà plus élevé que la semaine dernière. D’ici 15 jours selon moi, il devrait être suffisant pour permettre l’embarquement des bateaux. Je suis positif parce qu’il y a une bonne gestion du lac qui est faite. Il y a déjà une réduction de la sortie d’eau qu’on turbine pour permettre un remplissage. Depuis 10 ou 15 ans, la gestion du lac est plus adéquate. On est loin d’un scénario catastrophe. »

Rappelons que selon le plan de gestion établi par Québec, le lac Kénogami doit atteindre une hauteur de 163,5 cm au plus tard d’ici le 15 juin.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES