Comité sur la relance du hockey : Francis Verreault-Paul agira comme consultant

Par Janick Émond
Comité sur la relance du hockey : Francis Verreault-Paul agira comme consultant
(Photo : Courtoisie)

Le hockeyeur innu originaire de Mashteuiatsh, Francis Verreault-Paul, se joint au Comité pour la relance et le développement du hockey. Il aura comme travail d’apporter une sensibilisation aux enjeux et aux réalités des Premières Nations dans le milieu du hockey québécois.

Verreault-Paul a été intégré au comité à la suite de nombreuses critiques de chefs des Premières nations qui déploraient l’absence de représentation autochtone sur ce comité.

Même s’il a quelques points qu’il souhaite apporter à la table de discussions, Francis Verreault-Paul préfère être discret.

« Ça serait un peu prématuré pour le moment de parler publiquement des enjeux auxquels font face les jeunes des Premières Nations. Je n’ai pas encore assisté à des rencontres, donc on verra la façon dont les travaux prendront place. Et d’ici à la publication du rapport au printemps 2022, ce qui sera discuté devrait rester à l’interne », explique prudemment celui qui a porté les couleurs des Saguenéens de Chicoutimi de 2003 à 2008.

Il se dit toutefois heureux de faire partie de ce comité.

« C’est une belle opportunité pour le développement des jeunes hockeyeurs autochtones. Je suis heureux de pouvoir apporter notre vision. L’objectif est d’améliorer la situation et de former de futurs joueurs et joueuses de hockey autochtones. »

Francis Verreault-Paul compte apporter son expérience de joueur, mais aussi son expertise professionnelle.

« J’ai évolué dans le système québécois comme tous les jeunes. J’ai gravi les échelons et je sais quels défis ont à faire face les jeunes des Premières Nations. Je compte apporter cette expertise lors des rencontres, mais aussi apporter les connaissances que j’ai apprises en tant que Chef des relations avec les Premières Nations, ici à l’UQAC. »

Sport national

Francis Verreault-Paul souligne qu’il ne faut pas oublier que le hockey occupe une place importante chez les Premières Nations.

« Le hockey, c’est notre sport national à nous aussi. Les gens des Premières Nations ont un grand intérêt envers le hockey et il ne faut pas le négliger. On organise plusieurs tournois autochtones, et ça, ça fait partie de mes plus beaux souvenirs dans le hockey mineur. »

Il conclut en mentionnant à quel point le hockey peut servir de modèle pour les jeunes autochtones.

« C’est un beau levier pour motiver les jeunes dans plusieurs facettes de leur vie, ça leur enseigne la discipline et ça les aides dans leur cheminement. Présentement, il y a peu de modèles autochtones dans la LNH. Il y a Carey Price et il y a eu il y a quelques années Jordan Tootoo. Ça serait bien d’en avoir plus éventuellement. »

 

 

Partager cet article