Mardi, 16 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 50 s

Cérémonie d’assermentation

11 nouveaux policiers et policières intègrent la brigade du SPS

Le 22 mai 2024 — Modifié à 08 h 00 min le 22 mai 2024
Par Sara-Léa Bouchard - Journaliste

C’est jeudi à la salle le Calypso de Jonquière qu’a eu lieu l’assermentation de nouveaux policiers et policières au sein du Service de police de Saguenay (SPS). Les recrues, trois femmes et huit hommes, ont officiellement intégré la brigade en présence de leur famille. 

« Aujourd’hui en 2024, c’est encore une plus belle journée parce que c’est extrêmement dur d’être attractif dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. On sait qu’il y a un manque à gagner de policiers pour les cinq prochaines années, de tout près de 2 000 policiers au Québec, et qu’environ 1 000 nouveaux membres sortiront de l’École nationale de police. Pour moi, d’être capable de recruter aujourd’hui et d’accueillir onze nouveaux policiers, c’est vraiment une fierté », a  souligné le directeur général du SPS, Mathieu Perron.   

La cérémonie a débuté par une parade, suivie d’une prise de parole protocolaire avant que les recrues apposent tour à tour leurs signatures dans le Livre d’or de Saguenay.  

« C’est une belle cohorte, qui est diversifiée. On a huit policiers d’expérience, qui arrivent de la Sûreté du Québec, du SPVM, des corps de police municipaux d’ailleurs au Québec et de réserves autochtones. On a aussi trois nouveaux policiers qui sont fraîchement diplômés de l’École nationale de police », précise-t-il. Les 11 recrues sont âgées entre 20 et 30 ans.  

Des recrues confiantes 

Clodelle Mercier, native de Chicoutimi et l’une des recrues, a mentionné qu’elle était très heureuse de pouvoir servir la population de Saguenay et surtout prête à effectuer son travail auprès de la population.  

« J’ai en tête de toujours maintenir ma motivation, mon professionnalisme avec ma population, de les aider, de pouvoir être là dans les moments qui auront le plus besoin et d’être à l’écoute également », indique-t-elle.   

Son collègue Jérôme Tardif-Bédard abonde dans ce sens. 

« S’intégrer tranquillement au service de police avec les autres et travailler en équipe, c’est important, mais il faut créer des liens en premier. Aider la population au niveau de la santé mentale, les itinérants, créer des liens avec ces gens-là pour les aider du mieux possible. »  

Prudence  

Le président de la Commission de la sécurité publique, Kevin Armstrong, a quant à lui lancé un message important aux jeunes policiers et policières.  

« Prenez soin de vous et de vos collègues, c’est extrêmement important. Au-delà de tous les outils que vous avez, les équipements, les véhicules, vous êtes votre premier outil de travail et c’est crucial d’en parler et de mettre cet enjeu-là de l’avant », a-t-il mentionné, en rappelant que de 2019 à 2023, il y a eu une hausse de 75% des appels concernant des interventions perturbées, soit 19 100 appels au total. Et pour les personnes en situation d’itinérance, il s’agit d’une hausse de 584%. 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES