Du désenrochement pour améliorer l’habitat dans la rivière à Mars?

Par Julien B. Gauthier
Du désenrochement pour améliorer l’habitat dans la rivière à Mars?
Contact Nature souhaite recréer les conditions d'origine de la rivière à Mars afin d'améliorer son habitat. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Depuis les travaux réalisés sur la rivière à Mars suite au déluge de 1996, Contact Nature a constaté une importante baisse du nombre de saumons et de truites de mer qui la remontent. La solution pourrait notamment passer par le désenrochement, afin de recréer les conditions d’origine.

Pour informer la population, elle présentera le 11 mai prochain le documentaire Le Rhône, la renaissance d’un fleuve au Vieux-Théâtre. Le but, créer une discussion et obtenir l’acceptabilité sociale du milieu pour entamer de tels travaux.

« Les saumons et la truite ont besoin d’un certain habitat de granulométrie. Ils ont besoin de sédiments sains et moyens pour faire des nids et pondre des œufs. Or, il y a actuellement un déficit sédimentaire. On s’est ramassés avec une rivière avec sédiments très grossiers, sans sédiments sains et moyens », indique Marc-André Galbrand, directeur général de Contact Nature.

L’organisation soutient qu’avant le déluge, le nombre de saumons qui remontaient annuellement la rivière était de 650, alors qu’il est de 300 aujourd’hui.

Recréer l’habitat d’origine

L’organisation propose donc de s’inspirer de l’expérience du Rhône, un fleuve en France qui a jadis été fortement modifié par l’être humain, mais qui jusqu’à tout récemment, a subi des correctifs qui ont grandement amélioré son hydrogéomorphologie.

« On réalise que la meilleure manière d’améliorer la qualité de vie du saumon et de la truite de mer, c’est de recréer l’environnement qu’il y avait avant, mais qui a beaucoup été modifié suite au déluge 1996. On pourrait recréer des anciens chenaux, redonner une dynamique plus naturelle », explique le chercheur Simon Tremblay.

Des études en collaboration avec des chercheurs de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), dont les résultats restent à approfondir, permettront de déterminer les endroits où procéder.

Toutefois, l’organisation assure qu’elle souhaite obtenir l’aval de la population, avant toute chose. C’est notamment le but de la projection Le Rhône, la renaissance d’un fleuve.

La projection aura lieu le mercredi, 11 mai à 19h, au Vieux-Théâtre de La Baie.

Pour plus de détails : https://www.facebook.com/events/690653785385390

Partager cet article